Archives de catégorie : Amitié par la marche

Dix Godassiens aux « 14ièmes IVV Olympiades » à Chengdu (Chine)

Chengdu 2015 (2)

A l’heure convenue, nous sommes tous là sur le quai de la gare. Un long voyage nous attend. En départ pour Bruxelles National, nous devons nous rendre à Francfort pour le vol Lufthansa en direction de Beijing (Pékin). Non sans soucis et avec 40 minutes de retard, l’A380, ce géant des airs, peut quitter sa porte d’embarquement avec plus de 500 passagers. Après 9h de vol et 6h de décalage horaire, nous débarquons dans le petit matin chinois. Après récupération des bagages et des formalités plus que d’usage, notre guide francophone nous attend, les visites peuvent commencer. Palais d’été, Palais Impérial, Cité Interdite, Temple d’été, place Tian’anmen, Grande Muraille ; et il a encore fallu dégager un peu de temps pour une petite réception du groupe à l’ambassade de Belgique. Pas le temps de souffler, le programme est chargé.

Que tout est grand ! Par toutes ces informations culturelles, je me rends compte que je ne sais pas grand-chose de cette importante civilisation plusieurs fois millénaires, qui a évolué parallèlement à la nôtre, et pourtant si distante.

Un TGV nous conduit à Xian à plus de 300km à l’heure. Quelle merveille cette armée en terre cuite de l’Empereur Qin Shihuangdi (Terracotta) découverte seulement en 1974, soit hier, notre génération. Imaginons que seule une petite partie des recherches a révélé ses richesses. Que pourrait-on voir dans quelques années ?

Chengdu 2015 (3)Un vol intérieur nous amène à Chengdu, ville olympique, mais surtout biotope des célèbres pandas géants dont l’espèce est fortement menacée. Nous avons pu déambuler dans ce centre de reproduction en admirant, dans la nurserie, ces petites boules de poils, les adultes de demain. La cérémonie d’ouverture des jeux, spectaculaire (à la chinoise), rassemble les sportifs dans une grande salle et nous fascine pendant plus d’une heure. Les tableaux colorés se suivent, rythmés par des musiques de circonstance. Le lendemain, place à la marche. Au départ des hôtels, avec des navettes fréquentes, nous nous rendons au lieu de départ à l’entrée d’un parc aménagé pour l’occasion. La sécurité y est omniprésente mais aussi les postes de ravitaillement avec, à chaque fois, la présence d’une équipe médicale. Aux bifurcations, des bénévoles locaux nous indiquent le bon chemin. Pas d’hésitation possible, on veille sur nous.

Chengdu 2015 (4)Après quatre jours sportifs, nous reprenons l’avion pour Guilin, plus au sud, à peine à quelques centaines de km du Vietnam. La température ambiante nous rappelle que nous sommes sur le Tropique du Cancer. Un tout autre paysage s’offre à nous, la baie d’Halong terrestre, bercée par les eaux de la rivière Li. A flanc de coteaux, des rizières aménagées en terrasse dessinent un panorama zébré de vert.

Un dernier vol intérieur nous projette dans le futur : Shanghai, capitale économique du pays avec plus de 4000 tours comptant au moins 50 étages, une futaie de béton. Une petite croisière nocturne sur le Huangpu, dernier affluent du Yangtze, nous fait découvrir Pudong, le quartier des affaires, illuminé par une débauche de lumières.

Merci aux organisateurs et à tous nos compagnons de voyage. Nous avons vécu un voyage extraordinaire. Le programme était chargé, certes, mais l’organisation était à la hauteur des espérances les plus élevées. RDV dans deux ans à Koblenz, pour la 15ième édition.

Joseph Mertens (La Godasse Oupeye LG 063)

Chengdu 2015 (1)

Trois bonnes raisons d’acheter son estampille.

La première raison, pour être assuré. Il ne s’agit pas d’une contrainte imposée par notre Fédération mais bien d’une obligation exigée par Ethias. Pourquoi dès lors ne pas respecter le règlement ? Pourquoi, affilié dans un club, refuser une telle couverture qui pourrait s’avérer utile en cas de mauvaise chute ?

Seconde raison, pour bénéficier des avantages de mon propre club. En effet, à juste titre, pas d’estampille au départ, pas de cachet à l’arrivée …

Mais personnellement, je considère qu’il s’agit aussi d’une marque de respect pour le club organisateur, d’un signe de remerciement pour les dénicheurs nous ayant offert ce magnifique parcours et fait découvrir des coins que nous ne connaissions pas. Organiser une marche demande beaucoup d’investissements et de bénévolat. Il y a tellement à faire, avant, pendant et même après ! Et lorsqu’un membre consulte le tableau des inscriptions, quel réconfort d’en voir le nombre de participants. Bien sûr, ce n’est pas mon estampille qui, a elle seule, générera ce sentiment, mais ajoutée à d’autres, elle apportera sa pierre à l’édifice !

Vous avez dit … Marche Jacquaire ?

201403 -04 Marche Jacquaire (1) 201403 -04 Marche Jacquaire (4)

Lorsque notre club organisa une  marche jacquaire entre Esneux et St Servais, je me suis empressé de consulter le ‘net’ afin d’en découvrir la signification. Très rapidement, je découvris qu’il s’agissait de tronçons menant à Saint Jacques de Compostelle. Combien de fois avais-je, lors de différentes marches, emprunté sans le savoir l’un de ces tronçons ? Combien de fois avais-je croisé, sans vraiment y prêter attention, l’une de ces flèches pourtant bien caractéristiques ? Ma foi, je n’en sais rien.   Si certains se dirigeront sur le sentier le plus proche et suivront le balisage jusqu’à St Jacques, d’autres choisiront un tronçon de plusieurs dizaines voire centaines de kilomètres qu’ils/elles effectueront en plusieurs semaines. D’autres encore en feront une balade d’un jour … Je ne suis pas le mieux qualifié pour en parler, et pourtant, lors de la marche de Bellaire, en prenant l’une de ces flèche en photo, plusieurs marcheurs m’ont interpellé sur cette ‘flèche’ qu’ils croisaient régulièrement sans en connaître la signification … Je n’étais donc pas le seul à en ignorer le sens. Aujourd’hui, lorsque je croise l’une de ces flèches, j’espère secrètement pouvoir moi aussi vivre cette aventure vécue par bon nombres d’amis.

Christian D.

La Godasse Oupeye

201403 -04 Marche Jacquaire (5) 201403 -04 Marche Jacquaire (3) 201403 -04 Marche Jacquaire (2)

Pourquoi marcher ?

Pour la santé

La première raison qui amène les gens à pratiquer la marche est la santé. Si plusieurs attendent l’ordonnance du médecin pour s’y adonner, la majorité préfère la prévention. Les bienfaits de la marche sur la santé sont nombreux.

Elle améliore le système cardio-vasculaire. Elle renforce le coeur, aide à abaisser la tension artérielle et a un effet positif sur le cholestérol, contribuant ainsi à diminuer les risques de maladies cardio-vasculaires.

Elle aide à normaliser le glucose sanguin, donc à contrôler le diabète de type II

Elle augmente la capacité d’aérobie. L’air qu’on respire par grande bouffée contribue à nettoyer les voies respiratoires et à leur fournir l’humidité nécessaire.

Elle entretient les os et les articulations. Elle rend plus agile et plus souple, et prévient l’ostéoporose en réduisant la décalcification et en augmentant la masse osseuse.

. Elle tonifie et raffermit les muscles, contribuant à augmenter la force physique et améliorer la silhouette.

Elle contribue au contrôle du poids en brûlant les calories et en augmentant le métabolisme de base.

Elle peut aider à la digestion et à l’élimination.

Elle a un effet antistress et antidépresseur, favorise un meilleur sommeil, stimule l’activité mentale et améliore la confiance en soi.

Bref, la marche, ça fait du bien

Pour le plaisir

Si la santé est la principale raison qui amène les gens à pratiquer la marche, le plaisir est celle qui les fait persévérer. Combien de personnes, pleines de bonnes résolutions, ont entrepris un programme de marche pour l’abandonner au bout de quelques semaines, la motivation n’y étant plus ? C’est qu’elles n’y ont pas trouvé de plaisir.

Certains trouvent leur contentement dans le simple fait de marcher, les endorphines secrètées leur procurant suffisamment de bien-être. mais d’autres trouvent leur plaisir en combinant la marche à une autre activité : l’observation des plantes ou des oiseaux, la découverte de la nature, de l’architecture ou de l’histoire, la photographie, le tourisme et même les rencontres sociales.

Ceux qui pratiquent la marche de façon régulière et assidue affirment que c’est à la fois revigorant et relaxant. Certains vont même jusqu’à dire que c’est comme une drogue dont ils ne peuvent plus se passer. Et tout le monde est d’accord pour dire que la marche, ça fait du bien.

Les personnes qui marchent occasionnellement ou encore celles qui amorcent un programme de marche peuvent s’attendre à ressentir des douleurs musculaires ou articulaires. Ces douleurs disparaissent habituellement au bout de quelques jours ou avec la pratique régulière. Cependant, si ces douleurs persistent, ou si des malaises se déclarent pendant ou après une marche, il est préférable de consulter un médecin.

L’amitié par la marche.

Amitié par la marche - 1Amitié par la marche - 2

 

 

 

 

 

 Dame Nature ne se montre pas toujours clémente et complique parfois le passage d’un tronçon. Spontanément, des marcheurs n’hésitent pas à mettre les deux pieds dans l’eau et même dans la boue pour aider ceux/celles qui se sentent moins à l’aise à cet endroit. C’est aussi cela l’Amitié par la marche !

Parlez-en, en bien !

Amis marcheurs, vous êtes nos ambassadeurs ! Vos impressions d’après-marche seront relayées très rapidement aussi bien au sein de nos clubs qu’en dehors. Des frites trop blanches, une flèche mal orientée, un parcours ne répondant pas à vos attentes, le sourire coincé d’un bénévole … Cela peut malheureusement arriver et peut-être même un jour cela arrivera-t-il dans votre propre club. Ces messages n’inciteront pas de nouveaux marcheurs à rejoindre l’un de nos clubs et pousseront d’autres à déserter nos marches. Par contre, en laissant parler vos émotions positives, en parlant avec cœur des beaux moments que vous venez de vivre, vous transmettez l’envie de venir sur nos parcours. A Richelle, Andrée, membre du club d’Angleur (LG119 – Tremplin d’Angleur) a parlé de la marche telle une muse. Pour elle, chaque marche constitue une nouvelle découverte de la nature sous une autre forme. Elle découvre des sentiers, des villages, des monuments qu’elle n’aurait sinon jamais croisés. C’est un bonheur que de se retrouver chaque semaine sur un autre parcours, dans une autre région, et aussi découvrir de nouvelles merveilles et en plus si près de chez nous ! Lorsque vous l’écoutiez, vous n’aviez qu’une envie : repartir sur un circuit. Vous aussi, tout comme Andrée, soyez nos ambassadeurs et ambassadrices de la marche. N’oubliez pas que nos amis marcheurs organisant une marche sont tous des bénévoles. Parlez donc des beaux moments de la journée et assurez de la sorte une réelle promotion de notre passion.